Le Domaine National de Saint Cloud

 

  Bonaparte choisit Saint Cloud .
Premier Consul, Bonaparte choisit Saint Cloud comme seconde résidence. En 1801, il décide de la remise en état du château, puis rachète les terrains vendus à la Révolution et confie la direction des travaux à Pierre François Léonard Fontaine. Le 2 Vendémiaire an XI (24 septembre 1802), ce dernier note dans son Journal : "Le Premier Consul est allé fixer son séjour à Saint Cloud où tout est prêt depuis longtemps pour le recevoir. Il parait satisfait des arrangements de cette maison et nous croyons qu'il l'habitera de préférence à toute autre". En effet, richement meublé, son parc remis en état, doté d'une nouvelle salle de spectacle au bout de l'Orangerie, le château ne tarde pas à revivre selon toutes les exigences de l'étiquette : "On se propose de donner spectacle régulièrement toutes les semaines. Il a été fait quelques arrangements particuliers dans sa loge et dans celles qui l'avoisinent pour des mesures d'étiquette. Tout prend l'apparence d'une cour de souverain. La messe que l'on dit les dimanches, avec la musique nombreuse, les audiences publiques qui ont lieu après la messe dans la galerie, et le grand concours des autorités civiles et militaires de l'Etat rappellent les pompes de Versailles", écrit Fontaine le 22 germinal an XII (12 avril 1804). Les cérémonies et les fêtes se succèdent.

 

  Napoléon reçoit la couronne impériale .
Le 18 mai 1804, un sénatus-consulte décrète que le "gouvernement de la République est confié à un empereur". Napoléon Bonaparte reçoit la couronne impériale des mains de Cambacérès : la scène se passe à Saint Cloud dans la galerie d'Apollon. Là est également célébré, le 2 avril 1810, le mariage civil de Napoléon avec Marie-Louise d'Autriche. Le 23 mars 1805, le prince Napoléon, fils d'Hortense de Beauharnais et de Louis Bonaparte, est baptisé dans la chapelle par le pape Pie VII. La journée se conclut par des illuminations et un feu d'artifice que l'on tire à nouveau, le 23 juin 1811, à l'occasion du baptème du roi de Rome. Mais c'est aussi à Saint Cloud que l'Empire expire : le 3 juillet 1815, le maréchal Davout, prince d'Eckmùhl, y signe la capitulation de Paris. S'évanouissent alors les projets esquissés tour à tour par Louis Pierre Baltard et Fontaine d'un nouveau palais où vivre et régner, qui "aurait eu à ses pieds Paris tout entier et les plaines environnantes".

  Page d'accueil | Sommaire | La Maison de Gondi | Un nouveau château | Le décor intérieur | Un parc à la française | Les jeux d'eau de Saint Cloud | L'époque du régent | Du régent à Marie-Antoinette | La résidence de Marie-Antoinette | Un mobilier d'exception | La tourmente révolutionnaire | La résidence de Napoléon | Les derniers Bourbons | Le retour des Orléans | Le Second Empire | L'incendie du Palais | L'utilisation des ruines | La destruction des ruines | La vente des pierres