Le Domaine National de Saint Cloud

  La reine souhaite habiter Saint Cloud
dès l'été 1785. Le château est pouvu à la hâte d'un mobilier provenant d'autres résidences. Des appartements provisoires sont aménagés au rez-de-chaussée en attendant les transformations radicales opérées par Richard Mique de 1786 à 1788.
Tout se fait selon les désirs de la reine. Comme les appartements disponibles sont jugés exigus, Mique se charge d'agrandir la surface du château. Il double l'aile du Midi, au-delà de son avant-corps, et avance la façade qui donne sur l'Orangerie. La distribution intérieure s'en trouve profondément modifiée. Disparaissent en particulier, le salon de la Tribune et la chapelle, le salon d'Enée et le salon d'Armide, dont on a pris soin toutefois, de détacher les peintures. Seules les grandes pièces d'apparat de l'étage noble sont conservées intactes : la galerie d'Apollon, le salon de Mars et le cabinet de Diane, les trois grands salons sur la cour d'honneur qui, désormais sont dévolus aux jeux. Les appartements royaux se partagent l'aile du Midi.

 
  Marie-Antoinette est la maitresse des lieux.
A l'inverse de Versailles, l'appartement du roi ouvre sur le parc et celui de la reine sur la cour d'honneur : Marie-Antoinette est la maitresse des lieux. On y accède par un nouvel escalier dit "de la reine", orné sur le palier de deux grands bas-reliefs de pierre sculptés par Joseph Deschamps, La Course d'Atalante et Le Triomphe de Flore. L'escalier d'honneur d'Hardouin-Mansart est transporté dans l'ancienne chapelle; il devient l'escalier des princes et des pricesses mais dessert également les grands appartements et la galerie. Enfin une nouvelle chapelle est construite au flanc de l'aile du Nord, dans l'angle formé par la galerie d'Apollon et le cabinet de Diane.
Grâce aux mémoires des travaux, nous connaissons le nom de quelques décorateurs : Pierre Gouthière pour les bronzes, Jacques Philippe Lesueur associé à Deschamps, pour l'ornementation sculptée de la chapelle, Piat Joseph Sauvage pour de nombreux desuus-de-porte imitant des bas-reliefs et le plafond de la chapelle traité en grisaille. Au printemps de 1788 les travaux sont achevés et les appartements, luxueusement meublés de neuf, prêts à recevoir la famille royale.

  Page d'accueil | Sommaire | La Maison de Gondi | Un nouveau château | Le décor intérieur | Un parc à la française | Les jeux d'eau de Saint Cloud | L'époque du régent | Du régent à Marie-Antoinette | La résidence de Marie-Antoinette | Un mobilier d'exception | La tourmente révolutionnaire | La résidence de Napoléon | Les derniers Bourbons | Le retour des Orléans | Le Second Empire | L'incendie du Palais | L'utilisation des ruines | La destruction des ruines | La vente des pierres